Les scies japonaises : l’histoire des outils nippons

Depuis des siècles, les japonais sont connus à travers le monde pour la qualité et la finesse de leur travail. Le Japon dispose de savoir-faire propres dans de nombreux domaines, de la coutellerie à la couture, en passant par la menuiserie, on admire souvent la rigueur et la précision nipponne. Cherchant sans cesse de nouveaux procédés pour s’approcher le plus possible de la perfection, les outils à main japonais et notamment les scies japonaises ne dérogent pas à cette règle et sont elles aussi des outils de grande qualité.

La scie nokogiri

“Nokogiri” est le terme qui désigne les scies japonaises dans la langue nippone. Elles sont utilisées dans la menuiserie traditionnelle et il en existe un grand nombre, avec chacune une construction et un usage différent.

Le point commun à toutes ces scies japonaises réside dans le fait qu’elles coupent toujours sur la course de traction, contrairement à nos scies occidentales, qui coupent dans le sens de poussée (exception faite de certaines scies à chantourner ou encore des scies utilisées par les bijoutiers). D'une part, la coupe sur la course de traction, permet de couper plus efficacement et laisser une largeur de coupe plus fine. D’autre part, l'utilisateur, n'a pas besoin de se servir du poids de son corps pour couper, comme c’est le cas avec les scies européennes.

outil nippon

La différence des scies japonaises

La scie japonaise est si différente des scies classiques que le coup de main peut être un peu dur à prendre au début. Il faut dire que votre posture, vos gestes, voire même votre surface de travail doivent s’adapter à cet outil particulier.  

L’erreur à ne pas faire avec ces scies, est de chercher à travailler comme avec une scie occidentale. Le fait de tirer la scie vers soi, induit un mouvement de la lame allant vers le haut. À l'inverse, une scie occidentale prend une inclinaison de la lame qui va vers le bas.

scie-denture-trapezoidales-zoom

La force, ennemie de la précision

Cette différence du sens d’inclinaison peut paraître anecdotique, pourtant, cela confère à la scie japonaise une facilité d’utilisation, puisqu’il est plus aisé de tirer que de pousser et n’appliquant pas de force sur l’outil, l’utilisateur fatigue beaucoup moins vite.

La scie japonaise a l’avantage, grâce à ce sens de coupe sur la course de traction, d'avoir une lame beaucoup plus fine que celles des scies occidentales.

En effet, pousser sur une lame trop fine ferait plier le métal, en revanche, avec l’outil nippon, aucune contre-indication, puisqu'il-y-a peu de chance de plier la scie en la tirant.

zoom-dents-scies-japonaise

Les scies japonaises les plus populaires

La Ryoba (signifie en japonais “A double tranchant”) : C’est la scie la plus polyvalente, d’un côté une lame de coupe à travers fil, et une seconde pour couper dans le sens du fil.

La Kataba (signifie en japonais “A un seul tranchant”) : La scie la plus proche de la Ryoba, elle n’a qu’une seule lame de coupe transversale ou à refendre. 

La Dozuki (signifie en japonais “Scie avec corps”) Il s’agit d’une scie à dos qui comporte donc une baguette qui vient rigidifier la lame fine. Parfaite pour la coupe des tenons et des queues d’aronde.

Le conseil pratique :

Les scies japonaises sont très difficiles, voire impossibles à affûter en raison de la forme et de la disposition de leurs dents. Elles ont toujours des lames interchangeables pour conserver une lame affutée et garantir la qualité de coupe.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *